-A +A

Se déclarer

Préambule

Depuis 2007, des avancées importantes ont été constatées dans la capacité de l’établissement à intégrer dans les meilleures conditions possibles des personnes en situation de handicap. Fort de ce constat, la Mission insertion handicap et le pôle communication et ressources numériques de la DRH ont mutualisé leurs efforts ces derniers mois pour recueillir des retours d’expériences d’agents détenteurs du statut de travailleur handicapé dont certains figurent sur le site. À travers eux, il s’agit de mettre en évidence les valeurs de solidarité et de responsabilité qui existent au sein du CNRS et de créer un environnement plus favorable à la déclaration administrative par les agents.

En mai 2016, le bilan est positif. Le taux d’emploi légal officiellement déclaré auprès du FIPHFP s’élève à 4,42 %, ce qui équivaut à 1 079 agents déclarés par l’administration, et certaines délégations régionales ont déjà atteint 6 % (Bretagne, Midi-Pyrénées, Normandie et Nord-Est), voire dépassé comme, par exemple, la délégation Centre Limousin Poitou-Charentes. Le travail de terrain des assistants sociaux, des médecins de prévention pour encourager et accompagner les agents dans leur démarche de reconnaissance du statut de travailleur handicapé ou de déclaration auprès de l’administration porte ses fruits. Ce travail de proximité, ajouté aux efforts des services RH dans le suivi des agents, permet de convaincre des agents hésitants ou potentiellement concernés de se renseigner sur la reconnaissance du statut de travailleur handicapé.

Le CNRS a conscience que la déclaration du handicap suscite des réticences et que les représentations qui lui sont associées sont porteuses de préjugés. Les agents ne se sentent pas toujours concernés par la déclaration de leur handicap auprès de l’administration ou bien ils craignent de voir le regard des autres changer du fait de leur handicap, usant parfois leurs forces jusqu’au constat d’un état de santé malheureusement dégradé. D’ailleurs, le CNRS a fait se succéder plusieurs opérations de sensibilisation et de communication dont la campagne nationale sur le handicap invisible en 2015. Chaque fois, il s’est agi de contrer les représentations biaisées, de mettre en évidence que « handicap et compétences » ne sont pas incompatibles, de prouver que le sujet du handicap peut concerner tout le monde et qu’il y a un intérêt à se faire reconnaitre. 

Se faire reconnaitre travailleur handicapé

 

Quand « se déclarer » ?

Le dispositif de Reconnaissance de qualité de travailleur handicapé (RQTH) s'adresse aux personnes en capacité de travailler mais présentant des difficultés à exercer certains types d'activités professionnelles en raison de problèmes de santé. Peut en bénéficier toute personne dont les capacités sont réduites par suite de l'altération d'une ou plusieurs fonctions physique, sensorielle, mentale ou psychique. Cela englobe toute personne souffrant d'une maladie chronique (asthme, diabète, infection par le VIH, hépatites, etc.) ou d'un problème de santé ayant des répercussions au travail (rhumatisme, problèmes de vue, allergies à certains produits, etc.).

Afin de garantir le respect du principe d'égalité de traitement à l'égard des travailleurs handicapés et plus généralement des bénéficiaires de l'obligation d'emploi, une obligation a été introduite dans la loi de février 2005 pour donner à ces personnes les moyens de compenser les conséquences de leur situation particulière liée au handicap dans le cadre de leur travail.
L'administration doit donc prendre les aménagements nécessaires répondant à leurs besoins afin de rétablir notamment le plein exercice de leur autonomie.

La loi précise aussi que ces mesures sont prises pour permettre l'accès à un emploi, pour le conserver, pour l'exercer, pour y progresser ou pour qu'une formation adaptée aux besoins soit dispensée, sous réserve que les charges consécutives à la mise en œuvre de ces mesures ne soient pas disproportionnées.

 

Comment « me déclarer » ?

Il est important d’indiquer que la demande de RQTH se fait complètement en dehors du CNRS et qu’elle résulte d’une démarche purement personnelle, volontaire et confidentielle.

Cette demande est établie au moyen d’un formulaire de demande unique que l’on trouve facilement sur chacun des sites des maisons départementales des personnes handicapée (MPDH). Il faut remplir le dossier et les pièces justificatives avec le médecin traitant, voire aussi avec le médecin de prévention du CNRS et l’assistant de service social, si on le souhaite.

La demande doit être déposée à la MDPH du département de sa résidence principale et elle est examinée par la commission des droits auprès des droits et de l’autonomie des personnes handicapées (CDAPH). Le délai de réponse varie en fonction des départements mais l’attente peut parfois durer plusieurs mois. Evidemment, cette reconnaissance n’est pas accordée à titre définitif. La durée varie entre 6 mois et 5 ans. Il faut donc penser à demander le renouvellement de cette reconnaissance avant la fin de sa validité pour continuer à bénéficier des droits et facilités accordés par ce statut via le CNRS.

 

Pourquoi « me déclarer » ?

La loi de février 2005 a renforcé le droit à compensation face aux conséquences de son handicap dans l’insertion professionnelle. Concrètement, le statut de travailleur handicapé ouvre des droits en matière d’aides, d’accompagnement et de facilités par l’employeur qui permettent de bénéficier de meilleures conditions de travail et par là même, de mieux concilier sa vie privée et sa vie professionnelle.

Pour en savoir plus : consulter la brochure sur la RQTH ou bien se renseigner directement auprès du service ressources humaines, du médecin de prévention ou de l’assistant social de la délégation régionale qui sont les interlocuteurs de proximité.

 

Quel est « mon intérêt de me déclarer » ?

Le CNRS bénéficie d’une tradition ancienne de solidarité qui favorise la mobilisation autour du handicap. Tout est donc affaire d’enjeux et de risques personnels. Les risques touchent à la peur d’être rejeté, discriminé ou stigmatisé. Les enjeux sont d’être aidé, protégé, mieux compris et en définitive mieux accompagné.

Un agent a intérêt à se déclarer lorsqu’il sent que ses enjeux sont importants, qu’il ressent le besoin d’être accompagné pour aller mieux, quand il est prêt à en parler et surtout, lorsque sa décision est prise.

Pour en savoir plus

 

Consultez le PDF téléchargeable de l'aide à la déclaration